dimanche 21 août 2011

Devoir de vacances







Pâtes de fruits aux figues





Pour une trentaine de carrés

400 g de figues
200 g de sucre roux
4 g d'agar-agar
le jus d'un demi-citron

Disposer les figues, le sucre et le jus de citron dans une casserole et chauffer à feu moyen jusqu'à ce que les figues commencent à s'ouvrir d'elles-mêmes. Compter en gros 15 minutes.
Quand elles sont bien molles, mixer le tout à l'aide d'un mixeur plongeant.
Remettre la casserole sur le feu et porter à ébullition. Ajouter alors l'agar-agar en pluie tout en remuant. Continuer ainsi pendant 2-3 minutes, jusqu'à ce que la préparation se détache du fond de la casserole.
Répartir dans un petit plat rectangulaire ou carré et laisser refroidir une douzaine d'heures.
Passé ce délai, la pâte doit bien se décoller du plat. Il est alors possible de la couper en dés. 



Ne pas oublier de rouler les petites pâtes de fruits dans du sucre. Elles peuvent être dégustées immédiatement. Et ne seront que meilleures si tu patientes 4-5 jours.

dimanche 14 août 2011

Cent fois sur le métier...


Si je compte bien, ce billet n'est pas anodin. 65 petits mots en 2010, 35 en 2011. L'emblématique barre des 100 est atteinte !

Pour tout te dire, je n'en reviens pas. Évidemment, le temps passe, les mots et les saveurs s'enchaînent et s'emmêlent.  Mais réaliser subitement que nous avons, toi et moi, allègrement répondus présents à 99 rendez-vous, c'est saisissant !

Passer un cap, c'est également l'occasion ou jamais de réaliser ce qui attend depuis si longtemps, bien caché sous les toiles d'araignée. D'oser. De revenir à ses envies.
Quand le p'tit sushi est né, j'ambitionnais pour lui un avenir très rempli. Cuisine, livres et récit de repas. Rien que ça. 

Il est donc plus que temps d'inaugurer la rubrique "C'est pas moi qui l'ai fait". 

Ce soir, c'est Simplement Kiku qui régale. Cette annexe du restaurant Kiku a ouvert depuis quelques mois. Tout comme son grand frère, Simplement Kiku propose une cuisine japonaise fine et éloignée des restos sushis qui poussent comme du chiendent dans les rues de Paris et d'ailleurs. 
L'ambiance est dépouillée (peut-être un peu trop, mais c'est ce qui a fait le succès de Kiku donc les habitués retrouveront immédiatement leurs marques), une grande et unique table accueillant les convives. 
Surtout, il est désormais possible de ramener filets d'anguille et crème au sésame noir dans son antre intime pour les déguster loin du regard envieux des passants.


Bentô anguille grillée, riz et assortiment de légumes


Crèmes au thé macha et au sésame noir


Carte ou formule, le plaisir est au rendez-vous pour 15 euros maximum par personne. Sauf si tu es dans un grand jour, de celui où une orgie de gyoza et d'épinards au sésame s'impose.


Et si ton regard ne se met pas à pétiller au moment où ton bô bentô noir et or prendra place dans ton sac, c'est que tu t'es trompé. Tu es dans un Subway ... sors, sors, sors !!!

Bentô poulet grillé, riz et assortiment de légumes

54 rue Richer
75009 PARIS

lundi 8 août 2011

J'embrasse pas


Un matin comme les autres, entre bouts de sommeil accrochés comme de la brume et angoisses de ce qui m'attend. Les phases bien huilées s'enchaînent : douche, hydratation, tenue de camouflage, alimentation, re-hydratation, ravalement de façade... Soudain, mon attention est attirée par les soubresauts tout aussi compulsifs qu'inattendus de mon téléphone qui, s'il continue sur ce rythme, va bien réussir à effectuer un joli vol-plané depuis le haut de la commode. Je le sauve in extremis, lui évitant ainsi une fin fort douloureuse, et tente de comprendre ce qui le met dans un tel état.
...
Mince, flûte, crotte... 
De mon seul œil valide (le petit suicidaire matinal m'a interrompu en pleine séance de pose de lentilles), je le devine. Hélas. Venant de nulle part, caché derrière un SMS aux intonations sibyllines, surgit de nulle part un fantôme noir.

Gérard is back

Mince, flûte, cr... pardon, je me répète. L'émotion sans doute.
 
L'idée d'arguer d'une non-réception de SMS me passe par la tête, suivie de près par l'envie de laisser libre-cours à ma réplique la plus cinglante.

Rien de cela pourtant.

C'est que, nous avons affaire là à un spécimen particulier, qui se manœuvre avec précaution. Car au fond, tout collant, lourd, pénible, peu fiable et blessant qu'il puisse être, le Gérard parvient toujours à raviver la petite flamme de compassion cachée au fin fond de ton cœur de femme qui en a (de la compassion, justement ^^).
De plus, cela fait un bail que je ne suis pas allée au resto, moi ! Je possède une belle liste d'adresses à tester.

Ni une, ni deux, je réponds. Laconique, neutre, factuelle. La boussole bien orientée sur le Nord.
RDV dans quelques jours dans une des dernières places to be où il fait bon traîner ses papilles de blogueuse culinaire avertie.

Les jours passent. Quelques échanges de SMS viennent confirmer l'arrangement.
Ce qui est bien, c'est que la perspective de ces "retrouvailles" aussi inattendues qu'incompréhensibles, me laisse froide. Et perpendiculaire. Et froide. Et totalement perplexe !!! Que me veut-il ?
Je peux te l'avouer à toi, ma curiosité dévorante est l'unique moteur de mon action.
Euh non, pas l'unique. le bon resto lui fait de l'ombre... Toujours garder la boussole en poche.

Bon an, mal an, le D-Day arrive.

H-1, mon téléphone est encore la victime innocente d'une crise d’apoplexie. Le Môssieur m'explique qu'il est tout confus et désolée, mais qu'il ne pourra pas venir parce que grand-maman lui a fait des madeleines. Qu'on n'a qu'à remettre ça à une autre fois. "Bises".

Vais-je m'effondrer, pleurer, hurler de désespoir face au mirage de mon excellent repas qui se dissipe bien vite ?

Ben non. Au contraire, un sourire franc se dessine sur mes lèvres. Je termine tranquillement ma séance de sport. Avec devant moi la perspective d'une très chouette soirée en tête-à-tête avec moi-même.
Ma réponse est donc toute trouvée et rapidement tapotée : "OK. Bises". 
Non. Pas de bises. Parce que moi, tu vois, j'embrasse pas les gars comme toi !

Pour m'en assurer et ne risquer aucun dérapage fortuit, j'ai même mis au point une potion magique. Au goût subtil et à l'efficacité immédiate. Effet 48h garanti. L'ajo blanco (pour être honnête, je n'ai rien inventé du tout, je me suis contentée de piller le patrimoine culinaire ibérique).
Cette ruse digne des plus grandes héroïnes de Salem suffira-t-elle à maintenir Gérard hors de ma zone de survie ? Tu le sauras dans le prochain épisode... si prochain épisode il y a !


Ajo blanco




Pour 4 personnes

150 de mie de pain
150 g d'amandes mondées 
30 cl d'eau
25 cl de lait d'amandes
10 cl d'huile d'olives
4 gousses d'ail

La veille, disposer la mie de pain, les gousses d'ail pelées et grossièrement hachées et la lait dans un récipient. Fermer hermétiquement et réserver toute la nuit au frais.



Le lendemain, disposer ce mélange dans le bol d'un robot. Ajouter l'eau et les amandes. Lancer le robot et ajouter peu à peu l'huile d'olive. La consistance finale doit être proche de celle d'un velouté.
L'ajo blanco se dégustant bien frais, il est préférable de le remettre une petite heure au moins au réfrigérateur.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...