mardi 8 mars 2011

Tiens, c'est ma fête aujourd'hui ?


[Attention, billet avec de vrais bouts de trucs sérieux dedans, et sans une once de cuisine]

J'ai bien failli m'étouffer avec ma tartine aux fraises ce matin (je suis une fille, je mange des fraises, de la salade, des graines et bois du jus de papaye). A peine levée et engagée sur le long chemin de la métamorphose marmotte -> petite travailleuse dévouée, qu'un gugusse me dit que je devrais avoir honte de moi. 
Hey !! Reste poli steuplé, je t'ai rien fait moi. On ne se connaît même pas d'abord.

C'est qu'il s'obstine en plus. Il développe, argumente même. Personne ne l'interrompt. Au contraire, j'entends les "Oh oui, il a bien raison, comme il parle bien" qui transpirent à travers les ondes (faut peut-être que je te précise que j'écoute la radio, ça posera mieux les choses).

Il enchaîne...femmes et entreprise, méritocratie, méchantes Norvégiennes, blablabla....

Puis, 30 secondes plus tard, le Môssieur a fini sa démonstration, toute en finesse et source d'une grande fierté pour lui : je le sens au petit sourire dans sa voix. Il s'en retourne chez lui (ou à son bureau, tous les spécimen de son genre ne sont sans doute pas des flemmards, pis on va éviter la diffamation gratuite), pépère, me laissant hargneuse et dépitée, la tartine à la main, une goutte de fraises élégamment étalée sur le menton. 
Apprends ça ma fille : même bouffée de colère, touchée dans ton intimité, tu dois savoir rester dis-tin-guée. Parce que justement tu es une fille, une fleur, un élément de décoration sans pareil.

Qu'a donc dit ce fameux mâle alpha ? Tout simplement qu'il est humiliant pour une femme d'être promue parce qu'elle est une femme. 
Alors que de ne pas l'être pour la même raison, ce ne l'est pas, visiblement ! 
Ben non, suis-je bête. C'est la norme, donc la coutume, donc La Vérité. Le reste n'est que mise en danger inutile de notre bonne vieille culture qui aime tant les femmes (pour t'en convaincre, va dire bonjour à Serge Lama, Michel Sardou et aux autres grands poètes de notre temps). 

Le débat est clos. 

Je m'en vais enchaîner mes 12 heures de taff, avec cette sale idée en tête : être une femme, c'est humiliant.


Pas de recette. Mais deux livres que je te recommande vivement. 
Féminin-Masculin, la pensée de la différence de Françoise héritier et La Servante écarlate  de Margaret Atwood. 




Le 1er est un livre d'anthropologie mais se lit très bien. On est loin du livre savant et abscons. Par l'exploration des cultures, Françoise Héritier y démontre que ce que nous prenons pour la "nature", qu'elle soit féminine ou masculine, n'est en fait qu'une construction culturelle. Variable et donc modifiable.

Le 2nd est un roman d'anticipation. Terriblement efficace tant on sent que l'on pourrait, pour presque rien, basculer dans la société totalitaire qui y est présentée. Une société hiérarchisée à l'extrême, en réaction à notre culture hyper-sexualisée.

Et va faire un tour , et , c'est bon pour c'que t'as. :)

9 commentaires:

Mlle Pigut a dit…

Merci pour cet article que tu as écrit en rogne, mais qui m'a moi mise en forme! Personnellement je rêve d'un monde d'égalité entre tous les êtres aussi différents soient ils. Cet article montre bien à quel point ça n'est pas gagné, mais donne une raison de plus pour ne pas baisser les bras et le construire ce monde de respect!
Bien sûr, dans notre société on aime pas trop le changement... et puis c'est vrai, une femme ça décore tellement bien, pourquoi changer?

Pour l'anecdote, c'est marrant parce que je me suis récemment fait agresser par email pour le fait de m'appeler Mlle, trop anti-féministe au goût d'une "Mme" inconnue qui refuse d'en discuter. Une bonne piqure de rappel pour moi, ne pas se fermer complètement au point de ne voir que du noir...

Gen a dit…

Oui au final journée de la femme ou pas on sent pas trop la différence surtout quand on a 12 heures de boulot (dis donc t'es courageuse quand même!)

Tombouctou a dit…

Mlle Pigut : Ah, l'éternel problème Madame-Mademoiselle. Je n'arrive pas moi-même à trancher. C'est très étrange de sentir le Mme arriver, puis le Mlle disparaître complètement à partir des suppositions que fait ton interlocuteur sur ton âge ou ton statut marital. Les Américaines ont lancé Ms. (miz). A voir si ce serait réellement pertinent en français.
Pour ma part, ton Mlle ne me choque pas du tout. Il donne l'image de quelqu'un plein d'énergie et de joie. C'est tout toi, non ? :)

Gen : Merci. :)
Mais je n'ai pas trop le choix. Et puis, sans enfant et sans mari, qu'est-ce que je pourrais bien faire d'autre que bosser ? ^^

Marie a dit…

Tiens, pas de recette aujourd'hui? :-)
J'ai eu la chance d'assister à une conférence de Françoise Héritier il y a 1 an ou 2. Je l'ai trouvée passionnante. Il faut que je trouve le temps de la lire...

Tombouctou a dit…

Marie : J'ai eu la même chance. Elle parvient à transmettre une foule de choses avec un enthousiasme et une simplicité fabuleuses. C'est toujours un grand plaisir de la croiser.

Lola a dit…

Pas mal ces lectures, et joli blog au passage, un peu de finesse dans les fourneaux c'est bien sympa!

Ika a dit…

Bon, je vais aller faire un tour là, là et là, c'est pas forcément bon pour ce que j'ai... Il me semble que les femmes gagneraient à se montrer plus égoïstes.

Tombouctou a dit…

Lola : rhââ, moi, on me dit "finesse", je pense "chocolat"...les ravages de la pub !^^

Ika : je suis assez d'accord avec toi. Qu'on apprenne aux hommes à l'être un peu moins, ça ferait aussi un bon équilibre.

BiÔna a dit…

Merci pour ces références littéraires, je prends note, j'ajoute à ma (longue) liste... Même sans télé, je me rends compte que je n'arrive pas à l'épuiser ! C'est super.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...