lundi 17 mars 2014

This life could be the last

(cherche pas de rapport avec le titre, c'est juste que Muse me berce pendant que je t'écris)

Aujourd'hui, petite leçon de choses. 
Vient donc te promener avec moi dans les méandres du cerveau humain. Je ne me prends pas pour l'excellent Professeur Moustache  exerçant chez Tu mourras moins bête. Mon inspiration vient d'un autre surdoué du crayon, Boulet. Qui perçoit la musique comme un papier peint. Et m'a fait découvrir la notion de synesthésie.
Il s'agit d'un phénomène neuronal associant deux ou plusieurs sens. Ses manifestations les plus fréquentes sont :
- la synesthésie "graphèmes-couleurs" : les lettres ou les nombres sont perçus comme des couleurs
- la synesthésie numérique : les nombres sont associés à des positions bien déterminées dans l'espace
- la synesthésie musicale : les sons sont perçus comme des couleurs (voir un morceau de musique comme un grand feu d'artifice, ça fait rêver, non ?)
En tout, il existerait 152 types différents de synesthésies.

Mon expérience personnelle me pousse à ajouter une 153ème variante : la synesthésie dansante. Ou quand musique et danse ne peuvent être dissociées.
Je ne peux en effet m'empêcher de plaquer une chorégraphie au moindre son (musical) qui fait vibrer mes tympans. C'est immédiat, instantané, sans restriction de style ou d'interprète.
Il est même probable que sans l'aide avisée du sens aigu du ridicule qui m'habite j'agirais comme l'héroïne de Je sens le beat qui monte en moi. Et me mettrais à danser également hors de ma tête (note bien cependant que la chose peut se produire en privé).


Car cette distorsion des sens, passant de l'oreille au corps, survient en tous lieux.

Dans la file d'attente du Monop', où Pharrell Williams est trop Happy d'être le numéro 5.

Au Starbucks où Gainsbourg voit la vie couleur café.


Avec le casque sur les oreilles dans mon open space très féminisé, confortant Beyoncé dans son idée que ce sont les girls who run the world.


En courant même, quand Timber Timbre me confirme que, pour être heureuse, all I need is some sunshine.



Je peux t'assurer qu'il faut une bonne dose de concentration pour continuer à aligner bêtement les petites foulées alors qu'un enchaînement bien plus construit et harmonieux défile dans ton imaginaire. Mon corps a du mal à saisir pour quelles raisons ses mouvements ne correspondent pas à ceux dessinés par le cerveau qui est censé le diriger.

Synesthésie dansante donc, cette appellation semble convenir, non ?
Quoique, une autre serait peut-être plus juste : "déformation neuronale d'une chorégraphe ratée et donc frustrée". 
Doublée d'une piètre danseuse, incapable de retomber élégamment sur ses pieds pour te délivrer la recette du jour.


Tarte à l'indienne




Garniture
1 gros poireau (environ 170 g)
2-3 carottes (environ 170 g)
125 g de tofu au curry 
40 cl de soja cuisine
2 cc de curry (le Tradition de Ducros pas exemple)
1/2 cc de curcuma
sel

Pâte
160 g de farine T65
80 g d'une autre farine (kamut par exemple)
4 cs d'huile neutre
4-5 cs d'eau
sel

Commencer par préparer la pâte.
Dans un saladier, mélanger les farines, une pincée de sel et l'huile. Malaxer avec la main en ajoutant peu à peu l'eau, et ce jusqu'à ce que la pâte forme une boule homogène.

Préchauffer le four à 180-200°C.
Laver et nettoyer les légumes. Émincer le poireau et râper les carottes (avec une lame à grosses dents). Débiter le tofu en cubes.
Dans un bol, mélanger la crème, le curry, le curcuma et une pincée de sel.
Foncer un moule à tarte avec la pâte. 
Répartir les légumes, le tofu et couvrir avec la crème.
Cuire un trentaine de minutes, ou jusqu'à ce que la pâte soit bien dorée.

tarte, curry, carottes, poireaux, cuisine végane tarte, curry, carottes, poireaux, cuisine végane, cuisine indienne

7 commentaires:

Noémie a dit…

Couleur, Musique, Imaginaire, Danse, et même un peu de Poésie... ça sent le printemps non? et Atha qui me dit à chaque fois que je clique sur un morceau "Mais elle sort d'où toute cette musique"... "Bah du casque de Claire"... Amusée de son petit air interloqué... Belles bises ensoleillées pour ce joli printemps à venir.

mamapasta a dit…

si je te dis que je n'aime rien tant que le silence, tu me prends pour une extra terrestre???? ah le non-son du milieu des champs les jours sans vent......

(par contre ta tarte, j'aime beaucoup, le curry c'est un de mes mélange chouchou )

cocotte et biscotte a dit…

Bien varié et bien complet ce billet dis donc :) Merci pour ce partage de leçon de choses et cette jolie quiche aux notes indiennes :)

Tom Bouctou a dit…

Noémie : Oh là, ça s'appelle avoir un sacré retard dans ses réponses aux com'... :(
Contente de parvenir à surprendre le petit prince.

Mamapasta : oh non, pas du tout. J'ai aussi de grandes phases de silence, qui ne sont hélas sûrement pas aussi vide de sons que les tiennes.

Cocotte et Biscotte : merci de la visite. :)

Agathe a dit…

Je ne pense jamais à prendre celui au curry ! Et pourtant ça serait une bonne idée pour une tarte indianisante !

Tom Bouctou a dit…

Agathe : je le trouve assez agréable à manger et bien dosé en épices. De quoi agrémenter très facilement un sandwich ou une salade.

Installateur vidéosurveillance Béziers et Sète a dit…

J'aime beaucoup cette recette !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...